Qu’est-ce que l’équilibre acido-basique ? Quels sont les facteurs de déséquilibre ? Quelles sont les conséquences d’un corps trop acide et comment rectifier le tir ?

C’est ce que nous allons voir dans cet article, et que vous pouvez écouter dans l’épisode 4 de mon podcast KINOA.

Lorsqu’on parle d’équilibre acido-basique, nous devons parler de la notion d’homéostasie.
Le corps humain est très bien fait, il est programmé pour être et rester en bonne santé le plus longtemps possible et résister tant qu’il peut aux agressions. Ceci grâce à la force vitale. Cette force vitale, cette énergie de vie que nous avons tous, plus ou moins forte en nous. Elle commande toutes les fonctions du corps dans un seul et unique but : maintenir l’équilibre dans lequel nous pouvons vivre en bonne santé.
Cet équilibre, c’est l’homéostasie. Il a pour objectif de maintenir à des valeurs normales les constantes vitales de notre corps : la température interne, la pression artérielle, la composition chimique du sang, le niveau de sucre dans le sang et le niveau d’acidité du sang.
Donc l’homéostasie c’est la capacité du corps à maintenir l’équilibre de son milieu intérieur. Quelque soit les contraintes extérieures, les changements et les perturbations. notre organisme régule et s’adapte tant qu’il peut.

Plus précisément, l’équilibre acido-basique c’est l’homéostasie du pH sanguin qui régule son niveau d’acidité. C’est la base de la vitalité, de l’immunité et de la longévité en pleine forme.

Pour la petite définition, le pH ou “Potentiel Hydrogène” est une mesure qui informe de l’acidité ou de l’alcalinité d’un liquide. Pour faire simple, disons qu’un acide est un composé qui libère des ions hydrogène (H+) quant à l’inverse, une base va attirer les ions H+. Donc assez logiquement les bases et les acides se neutralisent mutuellement.

L’équilibre acido-basique est donc une fonction qui vise à réguler le pH de notre sang, du plasma pour être plus exact, le plasma étant la partie liquide du sang.
Quand tout va bien, le pH sanguin varie entre 7,38 et 7,42. L’amplitude du pH étant comprise entre 0 (acidité maximale) et 14 (alcalinité max), nous sommes donc légèrement alcalin avec notre pH moyen de 7,4.

Lorsque le pH est inférieur à 7,4 le corps est en acidose, et quand il est supérieur à 7,4 on parlera d’alcalose (ce qui est beaucoup plus rare.

Pour connaitre votre pH, je vous conseille de vous procurer des bandelettes de test urinaire vendu en pharmacie sur lesquelles vous déposerez votre 2ème urine du matin. C’est un très bon indicateur pour avoir une tendance sur l’équilibre acido-basique de votre corps.

Alors qu’un bon équilibre acido-basique est indispensable à la santé, dans nos vies actuelles, il est menacé en permanence.
Qui le menace ? Comme souvent notre alimentation en premier lieu puisque les aliments que l’on consomme vont soit acidifier soit alcaliniser notre corps, et puis notre hygiène de vie générale aussi va jouer sur l’équilibre.
Pour revenir à l’alimentation, ce sont les aliments industriels et transformés les plus acidifiants mais il y a aussi la surconsommation de viande, les produits laitiers de vaches, les céréales et le sucre raffinés… mais ça ne veut pas dire qu’il ne faut plus jamais en manger !

C’est juste qu’il faut avoir conscience qu’en trop grande quantité, ils vont tellement acidifier notre corps que ce-dernier va finir par ne plus être en capacité de réguler.

Et puis en plus de l’alimentation les grands acidifiants ce sont aussi : le café, le tabac, les cuissons type fritures, grillades et micro-onde, l’alcool, la sédentarité ou à l’inverse une activité sportive trop intense, le manque d’oxygénation et les médicaments, pilule inclue.
Enfin, celui qui est autant voire plus acidifiant que tout et dont on se doute souvent moins c’est le stress ! Le stress, le surmenage, l’anxiété, l’hyperactivité nerveuse et cérébrale… tout ce qui fait que notre système nerveux est déséquilibré. Et ça concerne la grande majorité d’entre nous. Je n’ai jamais reçu quelqu’un avec un système nerveux parfaitement équilibré. Je me demande même si ça existe 🙂
D’ailleurs c’est en consultation, lors du bilan de vitalité, que nous évaluons ensemble l’état de votre système nerveux mais aussi le niveau d’acidité de votre organisme via l’analyse de votre alimentation, la qualité de votre sommeil, l’activité physique que vous faites (ou pas!) et votre état émotionnel.

Heureusement, l’organisme est capable d’équilibrer des quantités importantes d’acides produits dans le corps par la transformation des aliments et le fonctionnement cellulaire.
Par contre le jour où nos mécanismes de régulations spécifiques (systèmes tampons, poumons, reins) ne suffisent plus nous voilà en acidose.
Et les conséquences de l’acidose ne sont pas très chouettes : les cellules cancéreuses, par exemple, vont se développer plus facilement et se plaire beaucoup mieux dans un milieu acide, mais votre corps peut aussi être dans un état inflammatoire généralisé, vous pouvez souffrir de calculs rénaux, d’un affaiblissement musculaire, d’une fatigue chronique, d’une moins bonne immunité, de douleurs articulaires ou encore d’une diminution de la densité osseuse.
Parce que pour tamponner le surplus d’acidité, notre organisme va avoir besoin de minéraux alcalins en grande quantité. Et s’ils ne sont pas suffisamment fournis par notre alimentation, le corps va aller puiser dans ses propres réserves minérales qui se trouvent dans les muscles, les tendons et les os.

 Ce qui peut à long terme mener à une déminéralisation.

Vous comprenez mieux l’intérêt de veiller à votre équilibre acido-basique, n’est-ce pas ?

Alors comment maintenir ce fameux équilibre ?
En connaissant les fauteurs de troubles que l’on vient de citer, c’est déjà un premier pas, mais aussi, ensuite, en faisant quelques ajustement dans votre alimentation et vos habitudes de vie.

Pour vous aider, voici des conseils simples et facilement applicables pour réduire l’acidité de votre corps :

1// L’alimentation : pour réduire votre acidité vous devez à la fois diminuer les aliments acidifiants et augmenter ceux qui sont alcalinisants pour compenser.

  • Vous allez globalement booster tous les végétaux, sauf les céréales que vous consommerez modérément et toujours avec des légumes. Vous augmenterez donc votre consommation de légumes, de fruits, d’herbes fraiches (persil, coriandre, basilic..), les graines germées et les algues.
    Pour vous donner un indicateurs, les végétaux devraient idéalement représenter 50% de votre assiette, cuits ou crus. Si vous en êtes très loin, vous pouvez commencer par en ajouter un petit peu à chaque repas. Et si c’est vraiment trop difficile, testez les jus de légumes à l’extracteur.
    En parallèle, vous diminuerez petit à petit, en fréquence et en quantité, votre consommation d’aliments acidifiants qui sont : les produits industriels transformés, les protéines animales, les produits laitiers de vache principalement, les farines blanches, le sucre blanc, le café, le tabac, l’alcool…
  • Vous ferez aussi attention au mode de cuisson qui peut augmenter l’acidité d’un aliment. Je vous recommande la cuisson la moins toxique à savoir celle à la vapeur douce avec le Vitaliseur de Marion. (je peux vous parrainer si vous souhaitez vous en procurez un, faites-moi signe!)
  • Vous penserez aussi à bien boire pour aider le drainage des acides et pourquoi pas de temps en temps a faire une cure de détox pour neutraliser l’acidité en trop grande quantité dans votre corps et vous reminéraliser.

Cette alimentation qu’on appelle « alcaline » ou hypotoxique, vous apportera plus d’énergie, une meilleure concentration, de la mémoire, un sommeil plus réparateur, le retour d’un transit régulier, une qualité de cheveux et d’ongles retrouvée et le maintien de vos tissus osseux et musculaire sur le long terme.

Notez 
qu’une alimentation équilibrée fait la part belle aux aliments alcalinisants sans supprimer totalement ceux qui sont acidifiants. La proportion appropriée est de 70/80% d’aliments alcalins 
pour 20/30% d’aliments acides dans votre assiette.

Et enfin, je ne peux pas parler d’équilibre alimentaire acido-basique sans parler de l’indice PRAL qui est l’indicateur du sujet, celui qui mesure le taux acide ou basique des aliments. C’est l’équivalent de l’index glycémique pour le taux de sucre dans le sang.

L’indice PRAL classifie les aliments en fonction de leur capacité acidifiante ou alcalinisante sur l’organisme. Il y a de nombreuses listes sur internet qui pourront vous aiguiller pour débuter.

2// Le mode de vie privilégié d’un bon équilibre acido-basique :
Le stress et la sédentarité étant des éléments très acidifiants, à l’inverse, tout ce qui va apaiser le système nerveux et permettre d’éliminer l’acidité sera à favoriser.

  • Soignez votre sommeil : le manque de sommeil est très acidifiant. Le lendemain d’une nuit trop courte ou d’une insomnie, je vous invite d’ailleurs à privilégier une alimentation végétale et à vous hydrater en quantité.
  • Pratiquez une activité physique régulière, pas trop intense sinon ça accentue l’acidité mais modérée et régulière ! Vous pouvez aller marcher activement 2 fois par semaine c’est déjà un très bon début.
  • Respirez, pour 2 raisons. Parce que la respiration permet de se détendre mais aussi parce qu’une bonne ventilation est indispensable à l’élimination des acides volatiles. Si vous parvenez à courir ou marcher plusieurs fois par semaine, vous combinerez les bienfaits de l’activité et de la respiration.
  • A défaut de faire des sorties en pleine air, vous pouvez aussi respirez pleinement plusieurs fois par jour en pratiquant des exercices de respiration comme par exemple la cohérence cardiaque. Il s’agit d’inspirer en comptant jusqu’à 5 et d’expirer en comptant jusqu’à 5 pendant 5 minutes. En plus de ventiler, cette respiration facilite l’endormissement, calme les fringales nerveuses, apaise et éclaircit les pensées.
  • Débutez la méditation : c’est une technique idéale pour équilibrer votre système nerveux en lui offrant un temps de pause. Seule ou via une application pour vous guider.
  • Prenez des bains chauds avec du sel d’Epsom et quelques gouttes d’une huile essentielle relaxante (type Lavande ou Fleur d’oranger). Vous pouvez aussi faire un bain de pieds si vous n’avez pas de baignoire. La forte teneur en magnésium du sel d’Epsom vous aidera à vous détendre profondément. Si vous prenez votre bain le soir, il favorisera votre sommeil. Il sera aussi particulièrement intéressant pour les sportifs pour décontracter les muscles et les recharger en minéraux.
  • Pensez aussi au brossage à sec : la peau est une des portes de sortie des toxines et vient en soutien des reins pour les surcharges acides donc la brossage à sec va favoriser l’élimination. En plus, il activera la circulation sanguine et lymphatique.
On le fait sur une peau sèche avant la toilette, en partant des pieds et en remontant en brossant toujours en direction du coeur. Le matin, le brossage à sec vous dynamisera, le soir, il vous aidera à vous calmer et à vous endormir.

En soutien, à toutes ces nouvelles habitudes, quelques plantes et compléments naturels pourront aussi vous aider dans le maintien de votre équilibre acido-basique :

  • L’ortie : c’est ma préférée ! C’est l’une des plantes les plus reminéralisante qui soit. 
On peut bien entendu la consommer en tisane mais aussi en jus (à la centrifugeuse ou à l’extracteur), en smoothie, en soupe ou en Extrait de Plante Fraîche sous forme liquide et bio.
  • La prêle : ma 2ème préférée 😉 D’ailleurs on l’associe souvent à l’ortie pour restaurer l’équilibre acido-basique. Elle est aussi très reminéralisante et très riche en silice qui va stimuler la production de collagène, le matériau de construction de nos tissus.
  • Les algues avec en priorité la spiruline qui est un des aliments les plus basifiant qui soit. Vous pouvez la consommer en poudre dans vos jus, en paillette sur vos salades ou vos soupes, ou alors en gélule, en cure.
  • Le jus d’herbe (de blé ou d’orge) : très grand alcalinisant, il est ultra riche en minéraux mais aussi très antioxydant et très riche en chlorophylle qui oxygène les cellules. On le trouve la plupart du temps en poudre à consommer dans un jus pressé à froid ou dans un verre d’eau.
  • Les Fleurs de Bach : la liste des élixirs floraux de Bach comprend 38 plantes. L’idée n’est pas de toutes les citer ici mais de vous les évoquer car elles sont aussi très efficaces pour apaiser votre mental. 
Trouvez celle (s) qui correspond(ent) à l’émotion et à la situation que vous traversez en ce moment et elle vous aidera/ont à favoriser le pendant positif de l’émotion négative ressentie.

Pour finir j’aimerais préciser 2 petites choses :

Selon les tempérament naturopathique, les profils, un aliment théoriquement acide ou basique sur le papier peut se révéler être tout l’inverse. En fait chez certain, le système digestif ne sera pas à même de métaboliser les acides de certains aliments, pourtant vantés comme alcalins. C’est le cas du citron par exemple, et de tous les agrumes mais aussi des fruits au goût acide qui acidifieront encore plus les tempéraments nerveux.

Pour savoir quel est votre tempérament naturo faites le test sur mon blog 😉

Autre précision, les végétaux crus sont les plus riches en minéraux et donc les plus intéressants pour contrebalancer l’acidité mais nous ne pouvons pas toutes très bien les digérer. Sur un côlon irritable, un intestin inflammé, les fibres crues vont être très douloureuses et vont aggraver votre état. Donc en cas de pathologies particulières, ne vous lancer pas dans une alimentation vivante sans avoir consulter un naturopathe qui vous aiguillera selon votre nature et votre terrain.