REHAB l’art de re-faire

Depuis plusieurs années, les artistes concernés par les enjeux liés au Développement Durable, ne manquent pas d’inspiration pour exprimer leur art et nous sensibiliser aux problématiques actuelles.

Cette fois-ci, au sein de la fondation EDF Diversiterre, c’est l’écologie et plus particulièrement l’utilisation de matériaux ou déchets courants qui sont mis en exergue à travers les oeuvres de 18 artistes, retraçant une histoire de l’art « écologique » intitulée Rehab l’art de re-faire !

 

Rehab expo

Rehab expo 2

Rehab expo 3

Sur place, sculptures, vidéos, photographies ou installations illustrent la capacité qu’ont les artistes, chacun à leur manière, de cultiver la double dimension du déchet. Leur ambition n’est pas d’avoir un rôle moralisateur ou dénonciateur, mais plutôt de prendre part à un débat de société très actuel.

Ci-dessous (et juste pour vous !) un petit aperçu des œuvres présentées :

« Icarus Palm – Douglas White – 2006 »

L’imposant palmier de Douglas White est entièrement réalisé avec des déchets de pneus sur une armature métallique. Tel un vestige, symbole de la globalisation, cette œuvre pourrait également être le résultat d’un changement climatique brusque ou la conséquence indirecte du « tout voiture ».

REHAB l’art de re-faire 4

« Empreinte écologique – Lucie Chaumont – 2006/2010 »

Lucie Chaumont met en évidence l’impact de la consommation dans son installation . Réalisée avec des centaines d’emballages de nourriture, du pot de yaourt à la barquette de viande, cet amas de déchets représentent les déchets alimentaires produits pendant plus d’un an par l’artiste et moulés ensuite dans du plâtre.

REHAB l’art de re-faire 5

« Forêt – Eva Jospin – 2010 »

Cette Forêt, sculptée avec du carton d’emballage, invite le regard à pénétrer en trompe-l’oeil dans la profondeur de ses couches réelles…

REHAB l’art de re-faire 6

« Verwoerst Huis 2 – Marjan Teeuwen – 2009 »

Une œuvre compulsive représentant un espace étouffant constitué de tonnes de papier destiné à la photographie. Tout semble être en équilibre au bord de l’effondremment. Mais de ce chaos émerge aussi la rationalité, la construction solide. Un univers ambivalent, qu’aime cultiver l’artiste Marjan Teeuwen.

REHAB l'art de re-faire 7

J’ai trouvé cette exposition plutôt intéressante mais un peu légère en termes d’œuvres comparativement à la quantité de cartels explicatifs accrochés au mur de la fondation. On s’interroge même parfois sur leur sens, ils sont pourtant paginés mais présentés dans un ordre totalement aléatoire.

Malgré cela, l’intégralité des œuvres étonne et démontre avec brio les possibilités plastiques offertes par le « déchet » lorsqu’il est détourné par le regard de l’artiste…

REHAB, l’art de re-faire – Espace Fondation EDF, 6 rue Récamier, 75007 Paris– Jusqu’au 20 février 2011.

2 thoughts on “REHAB l’art de re-faire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *